Présentation d'Option Révolutionnaire

 

    L'annonce dans la presse, à la fin de l'année 1974, du changement de nom de l'UNFP (Union Nationale des Forces Populaires) en USFP (Union Socialiste des Forces Populaires) suite aux négociations avec Hassan II en vue de la levée de l'interdiction en Mars 1973 de ce Parti, a fait réagir un grand nombre de ses militants.
 
    En 1975, le congrès extraordinaire constitutif de l'USFP a été considéré, par un certain nombre de militants, comme une rupture avec les positions et thèses de l'UNFP. C'est ce qui ressortait de l'Appel du 1er Mai 1975.
 
    "A l'intérieur de l'USFP(...) la déviation des dirigeants réformistes du parti pousse les militants à affirmer leur attachement à l'UNFP(...). A l'extérieur de l'USFP (...) " dès " le congrès constitutif ", des militants en exil font paraître un journal en langue arabe dont le titre ( option révolutionnaire) s'inspire directement des écrits de Mehdi Benbarka(...) "
 
    Option Révolutionnaire va durer près de 10 ans, passant d'un mensuel de 8 à 12 pages à une revue trimestrielle de 80 à 100 pages. Cette publication rentrait clandestinement au Maroc et plusieurs détenus politiques ont pu la lire en prison comme l'a déclaré A. Serfaty "(...) En prison, nous avons reçu les premiers numéros en 1979 et on a pu comprendre l'importance de l'émergence de ce Mouvement. "
 
    Cependant, au delà de cette publication régulière, Option diffusait des brochures sur différentes thématiques. La première, fut la parution, en langue arabe, de l'auto critique de l'UNFP qui a marqué un tournant par la position critique du réformisme et de l'aventurisme.
 
    A cela se sont ajoutées des publications diverses : «  Dialogue » sur la question du Sahara, «  22 ans de répression au Maroc », «  la Confédération Démocratique du Travail », « la vérité sur les différends au sein de l'USFP » retraçant les conflits internes entre le bureau politique et la Commission Administrative Nationale accentués par l'assassinat de Omar Bengelloun le 18 Décembre 1975.
 
    Le bureau politique procèdera à un certain nombre d'expulsions. En Mai  1983, il  facilitera  l'arrestation de membres de la Commission Administrative Nationale (CAN) dont certains seront  condamnés à  3 ans de détention.
 
    Cette attitude va accélérer la scission au sein de l'USFP entre le bureau politique et la CAN qui s'est alors intitulé «  USFP CAN » ( Parti de l'Avant-garde Démocratique Socialiste - PADS actuel). Les militants d'Option, dans leur très grande majorité, décideront de dissoudre leur Mouvement et de rejoindre l'USFP CAN.
    La revue Option Révolutionnaire interrompt alors sa parution et ses militants publieront la revue «  ALWATANE » qui sera diffusée à l'étranger jusqu'à la parution de ALMASSAR, organe de l'USFP CAN.
 
   Toutes ces parutions, en majorité en langue arabe, sont diffusées sur notre site «  Maroc Réalités », rendant hommage à Abdelghani Bousta qui était un élément essentiel dans ces parutions grâce à ses convictions et sa ténacité. Il a écrit un grand nombre d'articles, veillé à leur parution et diffusion. Ses articles comme ceux d'autres camarades n'étant pas signés. Nous diffuserons les manuscrits de Abdelghani en notre possession.

 

 

Cliquez ici pour accéder aux documents en français : Option Révolutionnaire en français

Cliquez ici pour accéder aux documents en arabe : Option Révolutionnaire en arabe